• Les Collecteurs Maudits - Épilogue

     

    Epilogue.

     

    Après cette aventure, j'ai proposé une alliance à l'Ordre pour l'éradication des Vampires « noyés ». Ce fut compliqué, mais nous avons fini par trouver un accord.

    Joan et moi avons fondé le « DeepSub Research Lab » et nous avons commencé à fouiller les fonds marins et océaniques, en fonction des capacités techniques de nos submersibles et des plans des « largages » communiqués par l'Ordre. Il s'avère qu'il y en avait eu dans presque toutes les mers, mais le plus gros se trouvait en Méditerranée, autour de l'Europe et dans les mers de l'Asie de l'est. Quelques uns des largages n'avaient pas été précisément documentés, ce qui promettait de longues recherches.

    En parallèle, l'Ordre a racheté en Europe un haut fourneau à l'arrêt et l'a adapté à l'usage particulier auquel il le destinait, c'est à dire l’accueil de cercueils de plomb présentant des traces de passage prolongé au fond des océans.

    Nous avons retrouvé 23 caissons au cours des 44 années qui ont suivi notre aventure avec Ours Noir. J'ai bon espoir de mettre la main sur le 24ème d'ici la fin de la présente campagne.

    Cinq de ceux que nous avons remontés étaient éventrés, leurs occupants depuis longtemps retournés au plancher des vaches... L'Ordre pense que trois d'entre eux ont déjà été bannis. Les deux autres sont activement recherchés. Les dix huit qui étaient toujours dans leur caisson ont tous visité le haut fourneau spécialement préparé à leur attention. Comme il n'y a pas eu de réclamations, on suppose que les visites se sont bien passées. Il y a toujours une escouade de Sorciers de l'Ordre qui montent une garde permanente autour du haut fourneau dans les mois suivants une visite. Au cas où.

    De l'intérieur des caissons sortis de l'eau, on discernait parfois des hurlements inhumains, certes étouffés par trois épaisseurs de métal, mais audibles. Dans tous les cas, une affreuse marque maudite, noire, tourbillonnante et graisseuse dépassait du caisson.

    Selon les décomptes de l'Ordre, il resterait encore vingt huit caissons à retrouver. Au minimum.

    À ce jour, nous avons en permanence une équipe en mer. Accessoirement, à titre de couverture et de gagne pain, nous découvrons de temps à autres un vieux galion aux soutes pleines d'or.

    Nous parviendrons à bout de cette tâche, nous avons tout le temps qu'il faut devant nous pour y parvenir.

    Et Michel-Henri, dans son dernier appel Skype, m'a affirmé qu'il avançait sur ses recherches de levée de la malédiction, grâce à ses travaux communs avec l'Ordre.

    Il espère avoir des résultats probants d'ici moins de deux cent ans. 

    Sinon, au rayon layette, Joan et moi avons reçu l'autorisation exceptionnelle d'adopter un des bébés maudits à l'issue de notre aventure de 1975. Ce qui nous vaut la visite régulière de Frida et d'Eugènia, qui viennent à mon grand désarroi jouer aux mamies gâteau dans mon appartement. 

    À ce jour, le bébé ne fait toujours pas ses nuits.
    Je suis souvent en mission en mer. C'est reposant.

     

     

    Lucien Duchamp,

    À bord du Good Way IV

    Quelque part dans l'océan Indien

    12 Août 2019

     

     

     

    « Les Collecteurs Maudits - Chapitre 10Il vaut mieux se frotter à une patte d'ours qu'à un oursin »

  • Commentaires

    1
    Petrus
    Mardi 13 Août à 10:44
    Bravo Mr de le Bidet
    Une lecture fort distrayante
    Merci !
    2
    Mardi 13 Août à 11:34

    De rien, c'est moi qui vous remercie, Mr Petrus !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :